• L'ÉPOQUE

Le Prince Nereides de Bourbon inaugure le projet NDB OPERA lors de la Journée Mondiale des Migrants

L'ÉPOQUE - Le 18 décembre 2021, lors de la Journée Internationale des Migrants, S.A.R. le Prince Nereides Antonio Giamundo de Bourbon, diplomate culturel et fondateur du club parisien NEREIDES CLUB - INTERNATIONAL CULTURAL DIPLOMACY CORPORATION et du conglomérat NEREIDES DE BOURBON GROUP, annonce officiellement sa nouvelle initiative dénommée NDB OPERA, un projet ambitieux d'impact sociale entièrement dédié à l’éducation, à l’emploi et à l'immigration contrôlée et qui s'annonce comme l'un des projets les plus discutés en 2022.


S.A.R. le Prince Nereides Antonio Giamundo de Bourbon, fondateur du projet NDB OPERA


NDB OPERA (www.ndbopera.com) est une initiative humanitaire et une plateforme internationale qui combine des programmes de formation continue avec des expériences professionnelles dans plusieurs pays d'accueil. L'originalité de ce projet est due à la création d'un nouveau standard de recrutement éthique et de traçabilités des flux migratoires qui appuie sur un stockage en blockchain des données biométriques des candidats d'une part et sur la programmation d'un parcours de formation linguistique, culturelle et professionnelle de l'autre. Les candidats sélectionnés par la plateforme NDB OPERA sont les destinataires d'une initiative unique qui s'impose désormais comme un projet leader à support de l'immigration contrôlée de provenance du secteur privé. Après avoir identifié et vérifié des candidats recrutés pour des professions en pénurie dans la plus part des pays européens, NDB OPERA délivre un éventail de formations gratuites avant et après le départ des candidats vers les pays d'accueil dont une formation linguistique certifiée de niveau B1, une formation culturelle et d’éducation civique et une formation professionnelle 'sur mesure' visée à l'obtention ou à la conversion des diplômes ou des certificats professionnels requis pour l’exercice d'un travail spécialisé à l'étranger, un service d'accompagnement dans la procédures d'obtention du visa et du permis de séjour et dans l'organisation du voyage vers les pays de destination. Dès leurs arrivées, les candidats bénéficient d'une pluralité de services délivrés par NDB OPERA : un hébergement, une formation linguistique avancée et un programme d’intégration et de formation professionnel continus et gratuits, un accompagnement psychologique, une assistante sanitaire complémentaire, des services bancaires ainsi que tous services nécessaires pour leur intégration socio-culturelle. Le projet NDB OPERA est entièrement financé par le prince Nereides Antonio Giamundo de Bourbon, fondateur et président de l'holding NEREIDES DE BOURBON GROUP et son entités et du NEREIDES CLUB - INTERNATIONAL CULTURAL DIPLOMACY CORPORATION qui a créé le Standard et le Code Éthique du projet NDB OPERA avec le support d'un groupe de membres des Nations Unies associés au club diplomatique et qui sont les garants du protocole d'application du Standard NDB OPERA et de la conformité de tous ses partenaires aux directives internationales de l'ONU en thème d'immigration et de respect des droit de l'homme dont l'accès à l'éducation, la mobilisation et l'emploi.


www.ndbopera.com


"Dans le Programme de développement durable des Nations Unies à l’horizon 2030, les États Membres ont reconnu les nombreux avantages des migrations et engagé les gouvernements à coopérer au niveau international pour faciliter la migration et la mobilité de façon ordonnée, sûre, régulière et responsable. Les migrants font face partout à la stigmatisation, aux inégalités, à la xénophobie et au racisme. Surtout les femmes migrantes sont particulièrement exposées aux violences fondées sur le genre. Les frontières étant fermées, un grand nombre de migrants se retrouvent livrés à eux-mêmes, sans revenu ni domicile, loin de leur famille et dans l’incapacité de retourner chez eux, sous la menace d’un avenir incertain. La réalisation des 17 objectifs de développement durable permettrait de limiter les migrations motivées par la recherche de meilleures conditions de vie, en ce qu’elle remédierait à certaines causes profondes des mouvements involontaires de réfugiés et de migrants. En outre, elle faciliterait l’adoption de politiques migratoires bien gérées et permettrait de faire baisser les coûts liés à la migration et d’accroître la contribution apportée par les réfugiés et les migrants aux pays aussi bien d’origine que de destination", a déclaré Elettra Gallo, Conseillère Légale des Nations Unies, Conseillère de Diplomatie Légale du NEREIDES CLUB - INTERNATIONAL CULTURAL DIPLOMACY CORPORATION, et Protocol Manager du projet humanitaire NDB OPERA.


Depuis 2000, le 18 décembre de chaque année les Nations Unies commémorent l'adoption de la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille du 18 décembre 1990. En 2020, 280 millions de personnes étaient des migrants internationaux, soit 3,6 % de la population mondiale. En Europe, 23 millions étaient des citoyens de pays hors UE et près de 37 millions de personnes étaient nées en dehors de l’UE. Toutefois, aucun État de l'Union européenne ne l'a ratifiée à ce jour.


Elettra Gallo, Conseillère Légale des Nations Unies et Protocol Manager de NDB OPERA


"Depuis trente et un ans, la France, ses partenaires européens et la plupart des pays d'immigration les plus industrialisés de la planète éludent la ratification. Pourtant la défense des droits de l'homme a une portée universelle et ne peut donc pas exclure les migrants. En outre, migration et développement sont liés. Dans les économies avancées et émergentes, les migrations jouent un rôle indispensable dans le développement socio-économique des pays d'accueil, notamment en remédiant aux pénuries du marché du travail à tous les niveaux de qualification. Les migrations ont des effets majoritairement positifs, aussi bien pour les pays d’origine que pour les pays d’accueil. Les migrants font des investissements et des échanges commerciaux qui stimulent la création d’emplois et améliorent la situation de la balance des paiements. En tant que travailleurs, entrepreneurs, ou investisseurs ils apportent des compétences, des emplois et des capitaux. Les migrants sont de vrais moteurs, des acteurs du changement social. Ceux qui retournent chez eux enrichissent également leurs communautés de nouvelles compétences et contribuent, ainsi que leurs réseaux, à la croissance économique. Les transferts de fonds effectués par les migrants contribuent à réduire la pauvreté et à améliorer notamment l’accès à l’éducation et aux soins de santé. Souvent les migrants apportent plus aux pays d'accueil qu’ils ne reçoivent en retour. Dans le monde, les migrants sont le mieux placé pour contribuer à la société mais à condition que leurs droits soient respectés. Le projet NDB OPERA vise à promouvoir le respect des droits de l'homme dont le droit à avoir des droits, le droit à l'éducation, le droit à la mobilisation et le droit au travail. NDB OPERA a défini un nouveau standard étique et constitue une solution définitive au phénomène de l'immigration économique et élimine les intermédiaires à l'origine de l'immigration illégale", a-t-il déclaré le prince Nereides de Bourbon créateur du projet NDB OPERA.


Aujourd'hui l'immigration suscite des crises humanitaires auxquelles l'Europe est de plus en plus confrontée. Selon un sondage, la majorité des citoyens européens estiment que l'immigration est négative dans une vaste série de domaines comme l'économie, la cohésion nationale, la sécurité, et qu'il n'est pas souhaitable d'accueillir plus d'étrangers. Plus largement, ils jugent qu'accueillir des immigrés supplémentaires n'est pas souhaitable, alors que de nombreux clandestins arrivent régulièrement en Europe, et que la question migratoire risque d'être importante dans le débat public avant les prochaines élections du 2024. Les sondages illustrent l'hostilité d'une population qui a intégré de très nombreux immigrés depuis des décennies, un phénomène qui a contribué à transformer la société, le tout dans un contexte économique national peu reluisant.

"La peur de la 'submersion' démographique est une phobie ancienne et fait partie de l'arrière-plan de la majorité des mouvements d’extrême droite et populistes. Cela remonte au XIX siècle et au double mouvement intellectuel de l’appui à la colonisation des peuples des autres continents et de la crainte d’une future submersion migratoire et de la fin inéluctable de la civilisation européenne, du fait d’une invasion migratoire soudaine et du « grand remplacement » des Européens « de souche » par les immigrés. En 2021, certains considèrent toujours l’immigration, surtout celle illégale, comme un délit et pensent que les immigrés sont dangereux pour la société. Ces croyances infondées font adopter des politiques d'immigration qui sont au mieux inadaptées et au pire dangereuses. Les États ont, certes, le droit souverain d’administrer leurs frontières mais ils ont également le devoir de se conformer aux obligations qu’ils ont contractées en droit international. Or, en vertu du droit international des droits de l’homme, tout être humain, sans discrimination aucune et quel que soient sa nationalité ou son statut officiel, peut jouir de ses droits fondamentaux. Aucun migrant ne devrait être renvoyé là où il risque d’être torturé. Aucune migrante ne devrait rester privée de soins, notamment en matière de procréation de même aucun enfant migrant ne devrait être privé de l’école. Les droits de l’homme sont une prérogative à respecter pour tous les êtres humains, y compris les migrants et leurs proches. À ce jour, quarante-cinq pays uniquement ont ratifié la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille. Une convention internationale que la France n’a toujours pas ratifiée et qui risque de provoquer une dégradation des droits des hommes ainsi que des accidents diplomatiques avec les autres pays. Il est temps de se pencher attentivement sur les multiples dimensions de l’enjeu que représentent les migrations et d'agir avec responsabilité. Puisque les institutions n'arrivent pas à apporter des solutions pratiques, nous nous devons mobiliser à partir du secteur privé. Avec le projet NDB OPERA, je travaille à la création d'un nouvel écosystème qui n'exclue pas les migrants mais qui accorde la même dignité à tous les travailleurs avec égalité et fraternité. Il n'y pas de liberté tant que nous élevons de nouveaux murs ou de nouvelles barrières aux immigrants. Une fois Henry Ford disait : se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est la réussite. Par leurs connaissances, leurs réseaux et leurs compétences, les migrants contribuent à des communautés plus solides et plus résilientes. Le paysage socio-économique mondial peut être façonné par des décisions fortes visant à relever les défis que posent la mobilité mondiale et les migrants et à saisir les chances qu’ils offrent. Il nous faut une meilleure coopération internationale et envisager la question des migrations avec davantage de compassion. En particulier, il nous faut gérer les frontières avec humanité et respecter pleinement les droits humains. Il faut reconnaître l’intérêt que présentent des filières de migration régulière et contrôlées, aussi bien pour les migrants que pour les pays d’accueil. Enfin, il faut remédier aux causes profondes des migrations, notamment les inégalités abyssales, et combattre le trafic de migrants et la traite d’êtres humains. NDB OPERA est la réponse définitive à tous ces problèmes," a détaillé le prince Nereides Antonio Giamundo de Bourbon.


Le projet NDB OPERA a déjà débuté avec la sélection des premiers 2000 candidats ressortissant extracommunautaires qui vont bénéficier d'une formation continue et d'un contrat de travail en Europe à partir de décembre 2021.



NDB OPERA

10, Place Vendôme 75001 Paris

www.ndbopera.com

info@ndbopera.com